Photo: GIZ PMPDD
Photo: GIZ PMPDD
 
 
 

Élargir les bases scientifiques

L’une des missions que le Partenariat mondial sur les politiques de drogues et le développement (PMPDD) s’est assignée est l’élargissement des bases scientifiques relatives aux aspects du développement et de la santé publique dans la politique internationale de lutte contre la drogue ainsi que l’amélioration des données disponibles dans ce domaine. Les suppositions, les préjugés et les convictions idéologiques qui entrent souvent en jeu sur le sujet des stupéfiants doivent être remplacés par des faits et un savoir solide. C’est seulement ainsi que les approches axées sur le développement durable et la promotion de la santé publique dans le domaine de la politique internationale de drogues peuvent être appliquées de manière organisée et efficace.

Même la question du nombre global de petits agricultrices et agriculteurs cultivant des plantes illicites comme le pavot somnifère, le cannabis ou la coca, reste sans réponse scientifiquement viable. Pour le compte du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et sous l’égide de la déléguée fédérale chargée de la politique en matière de drogues, le PMPDD coopère donc avec des instituts internationaux de recherche, des organisations et des universités afin de trouver des réponses à ces questions, de recueillir des données et de combler les lacunes en termes de connaissances.

Le PMPDD compte introduire le savoir scientifique acquis dans le dialogue international sur les politiques de drogues. L’un des partenaires importants de ce processus est l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) qui publie annuellement le Rapport mondial sur les drogues. Le PMPDD entend également apporter des contributions scientifiques dans le cadre d’autres forums onusiens. Un objectif supplémentaire de ce travail scientifique effectué par le PMPDD consiste cependant aussi à élaborer de nouvelles approches dans le domaine de la politique internationale de drogues par la fusion de la recherche scientifique et de la pratique. Pour cela, il organise, en collaboration avec la London School of Economics (LSE), une série d’événements rassemblant des représentants de la recherche scientifique et des gouvernements intéressés afin de dégager, dans le cadre d’un laboratoire d’innovation, de nouvelles voies pour traiter le problème mondial de la drogue.

 
 
 
Partager.
 
Ce site utilise des cookies. En utilisant notre site Web, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur la déclaration de confidentialité Close