Photo: GIZ PMPDD
Photo: GIZ PMPDD
 
 
 

Cadre politique

Pour la première fois dans un projet de coopération, le Partenariat mondial sur les politiques de drogues et le développement (PMPDD) relie les approches du développement alternatif et de la protection de la santé publique, ancrées dans la politique fédérale de lutte contre la drogue, avec les objectifs et méthodes afférents.

Le PMPDD s’inscrit dans le cadre juridique international de politique de drogues tel que défini par les trois Conventions des Nations Unies sur les stupéfiants en 1961, en 1971 et en 1988. Conformément aux mesures exigées dans la Déclaration politique et le Plan d’action sur la coopération internationale en vue d’une stratégie intégrée et équilibrée de lutte contre le problème mondial de la drogue (2009), l’Allemagne est aussi appelée à œuvrer en faveur d’une réduction considérable de la production, du trafic et de la consommation de drogues licites et illicites au niveau mondial. L’engagement international du gouvernement fédéral allemand dans la politique en matière de drogues s’appuie sur les principes de la responsabilité partagée entre les pays producteurs et les pays consommateurs et de l’équilibre des approches au niveau de la réduction de l’offre et de la demande. Les deux principes sont stipulés dans la Déclaration politique des Nations Unies contre le problème mondial de la drogue (2009).

Le cadre européen de l’action du PMPDD est défini par la Stratégie antidrogue de l’Union européenne (UE) ainsi que par le Plan d’action antidrogue de l’UE, les deux datant de 2013. Sur le plan national, la déléguée du gouvernement fédéral chargée de la politique en matière de drogues, Marlene Mortler, applique la Stratégie nationale de politique de lutte contre les drogues et l’addiction (2012).

La stratégie « Le développement alternatif repensé » du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) fixe les lignes directrices de l’engagement du gouvernement fédéral en termes de politique de développement dans les pays fortement affectés par la culture de plantes psychotropes.

Les approches relatives à la réduction des dommages (Harm Reduction) sont actuellement très demandées au niveau international. Elles visent à limiter les conséquences nocives de l’utilisation de drogues pour les consommateurs et pour la société en général. Sur le thème des thérapies de substitution par exemple, le gouvernement fédéral instaure des normes internationales. Il soutient également la prévention des infections par le VIH dont, à l’échelon mondial, 10 % sont à mettre sur le compte de la consommation de drogues par voie intraveineuse.

 
 
 
Partager.
 
Ce site utilise des cookies. En utilisant notre site Web, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur la déclaration de confidentialité Close