Photo: GIZ PMPDD
Photo: GIZ PMPDD
 
 
 

Améliorer ensemble la politique de drogues

La politique internationale de lutte contre la drogue connaît actuellement une profonde mutation. De nombreux pays affectés par les effets de la production, du trafic ou de la consommation de stupéfiants réorientent leurs politiques à ce niveau. La remise en question très claire, ces dernières années, de la stratégie de guerre contre les drogues a initié un changement de paradigme. Un nombre croissant de gouvernements manifestent de l’intérêt pour les approches axées sur le développement et la santé afin de mieux gérer le problème de la drogue. L’une d’elles est celle du développement alternatif qui vise à fournir aux agricultrices et agriculteurs des possibilités d’emplois alternatifs à la place de la culture de plantes psychotropes. Les gouvernements sont également de plus en plus ouverts à la démarche de réduction des dommages dans le cadre de leur politique de santé.

Cependant, les gouvernements intéressés manquent souvent d’instruments et de stratégies scientifiquement évaluées pour une politique de lutte contre la drogue axée sur le développement et la santé. A cela s’ajoute une capacité insuffisante des institutions nationales de nombreux pays dans ces secteurs-là.

L’un des axes de travail du Partenariat mondial sur les politiques de drogues et le développement (PMPDD) consiste ainsi à conseiller des gouvernements sélectionnés en Asie, en Afrique et en Amérique latine. En collaboration avec ces derniers, le PMPDD met en œuvre, pour le compte du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement et sous l’égide de la déléguée fédérale chargée de la politique en matière de drogues, des mesures de consultations pilotes visant l’adaptation des stratégies nationales respectives dans le domaine de la politique de lutte contre la drogue. Le conseil est mis en place en coopération avec un consortium exécutif dirigé par le PMPDD. Les membres du consortium sont l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la Fondation thaïlandaise Mae Fah Luang sous parrainage royal (MFLF) ainsi que les organisations non gouvernementales Transnational Institute (TNI) et International Drug Policy Consortium (IDPC).

 
 
 
Partager.
 
Ce site utilise des cookies. En utilisant notre site Web, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur la déclaration de confidentialité Close